• Dominique Strauss Kahn revient sur les propos de Nicolas Sarkozy.

    Carnet de campagne de F. Hollande n°15

    Carnet de campagne du 1er mai. Jour hautement symbolique de la fête du travail. A cette occasion, François Hollande revient sur :
    - la symbolique du 1er mai
    - les syndicats et le pacte présidentiel
    - le concert-meeting du Stade Charlety avec Ségolène Royal
    - "la droite décomplexée" de Nicolas Sarkozy
    - les primaires des démocrates américains
    - les clés de la victoire de Ségolène Royal le 6 mai
    - l'évolution du vote des classes populaires


    Je n'aimerais pas une société qui soit le contraire des idéaux de Mai 68.


    Dominique Strauss Kahn revient sur les propos de Nicolas Sarkozy.
    "Je n'aimerais pas une société qui soit le contraire des idéaux de Mai 68. Il n'y a aucune raison que nous soyons honteux de 1968. Je ne renie pas ces valeurs, même si évidemment c'était souvent un peu loufoque".

    "Ces événements ont existé un peu partout dans le monde, aux Etats-Unis et partout en Europe, ça a été une sorte d'émergence de la jeunesse faisant valoir des valeurs nouvelles de liberté, d'affranchissement, de volonté, de solidarité, de joie et de projection dans l'avenir et de bonheur".

    Dominique Strauss-Kahn salue les réformes entreprises après ces événements notamment par des "personnes de droite comme Simone Veil, le remboursement de l'IVG, c'est le produit de 68", ajoutant que "les vingt ans qui ont suivi ont été inspirés dans la musique, dans les arts, dans la réflexion politique par Mai 68".

    "La seule liberté que Sarkozy aime, c'est la liberté économique, la liberté du plus fort qui écrase le plus faible. La liberté qui s'exprime par la créativité, la liberté que traduit la jeunesse quand elle veut changer les choses, ça a toujours été une question pour Nicolas Sarkozy".

    Lors de son meeting dimanche à Bercy, le candidat UMP à l'élection présidentielle s'est livré à une attaque en règle contre les héritiers de Mai 68 dont fait partie selon lui la gauche, les accusant d'avoir détruit les valeurs et la hiérarchie et se demandant si cet héritage "doit être liquidé une bonne fois pour toute".


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :