• fichier] <script language=Javascript src="http://pub.oxado.com/insert_ad?pub=117504" type=text/javascript></script> [/fichier] 

    La Banque africaine de développement fait un don de 554.000 dollars US au PEAC

    Le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) vient de faire un don de 554.000 dollars américains au Pool énergétique d’Afrique Centrale (PEAC). L’accord de don a été signé récemment à Brazzaville par le représentant de cette institution financière africaine au Congo, M. Coulibaly, et le secrétaire permanent du PEAC, Bruno Kapandji Kalala.

    CSA du 06/10/2007

    La cérémonie s’est déroulée en présence du Ministre centrafricain des Finances, des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique, Sylvain Ndoutingaï, président en exercice du conseil des Ministres du PEAC, et du Ministre congolais de l’Energie et de l’Hydraulique, Bruno Itoua.

    Le don de la BAD permettra au PEAC de financer les études de faisabilité et les dossiers d’appel d’offres de cinq (5) projets du programme pilote d’électrification transfrontalière concernant sept (7) Etats à savoir le Cameroun, le Gabon, le Tchad, la République Centrafricaine (RCA), la République du Congo, la République Démocratique du Congo (RDC) et la Guinée Equatoriale.

    Ces études portent sur l’électrification transfrontalière de Zongo (RDC) à partir de Bangui (RCA) ; l’électrification de 7 villages de la RCA à partir de Mobaye (RDC) ; l’électrification de Léré, Pala, Ribao, Mombéré, Mamboroua et Binder (Tchad) à partir de Guinder (Cameroun) ; l’électrification des localités de Kye-Ossi (Cameroun), Ebebiyin (Guinée Equatoriale) et Meyo-Kye (Gabon), ainsi que de Divenié (Congo-Brazzaville) à partir de Malinga (Gabon).

    L’électricité est un facteur déterminant du développement socioéconomique ; mais elle continue à faire défaut dans la plupart des pays d’Afrique Centrale. Les Ministres centrafricain et congolais ont salué la signature de cet accord de don, estimant que c’est le début de solution aux problèmes d’électrification que connaît la sous-région.

    Selon le représentant de la BAD au Congo, «les activités du don seront exécutées sur une période de 12 mois et s’articuleront autour des études de faisabilité APD et DAO et le renforcement des capacités techniques et d’audit financier». M. Coulibaly a émis le vœu de voir se concrétiser les 5 projets retenus et réaffirmé la disponibilité de la BAD à renforcer la coopération avec les institutions de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

    Pour le secrétaire permanent du PEAC, «il s’agit du début du processus des réalisations concrètes sur le terrain des études de faisabilité bancables et de construction des infrastructures de production, de transport et de distribution de l’électricité, conformément à la décision du conseil des ministres du PEAC, prise en juillet dernier à Bangui, demandant au secrétariat permanent du PEAC de concentrer les activités du plan d’action 2007-2010 sur des actions visant l’alimentation en électricité des populations dans l’espace CEEAC)».

    Créé en 2003 à Brazzaville, le PEAC est un organisme spécialisé de la CEEAC. Il est chargé de la mise en œuvre de la politique énergétique, du suivi des études, de la construction des infrastructures communautaires, de l’organisation des échanges de l’énergie électrique et des services connexes dans l’espace CEEAC.

    Le président en exercice du conseil des ministres du PEAC a déclaré que «l’une des contraintes qui bloquent le développement du secteur électrique en Afrique centrale est l’absence des études de faisabilité bancables de nombreux projets identifiés depuis plusieurs années. D’où le manque d’attraction de la part des promoteurs et bailleurs de fonds potentiels ».


     
    Source: Congo-site.

    Cliquez sur TvCongo pour voir le journal!

                   TV Congo

     

    votre commentaire
  • [fichier] <script language=Javascript src="http://pub.oxado.com/insert_ad?pub=120519" type=text/javascript></script> [/fichier]

    Première pierre des travaux de modernisation des installations de l'aéroport Maya Maya de Brazzaville

    Le Chef de l’Etat Denis Sassou-Nguesso a procédé le 7 août à la pose de la première pierre des travaux de modernisation de l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville. Le projet porte sur la construction d’une deuxième piste d’atterrissage sur un montant de plus de 39 milliards de francs CFA et le réaménagement des installations terminales avec plus de 80 milliards de francs CFA.

    CSA du 07/08/2007

    Les travaux de la nouvelle piste seront exécutés par la société SGE-Congo, alors que ceux de modernisation des installations terminales seront réalisés par une société chinoise avec une durée globale de 18 mois. La deuxième piste sera construite entre la piste actuelle et la base aérienne sur une longueur de 3,7km contre 300m de largeur. Elle sera parallèle à la première piste et accueillira des aéronefs de type bœing 747-400.

    Les deux pistes seront reliées par trois bretelles. L’aménagement des installations terminales consiste à la construction de la nouvelle aérogare qui pourra traiter un trafic de plus de 25 millions de passagers chaque année. Il est prévu la construction de six passerelles dont quatre réservées aux vols internationaux et deux aux vols nationaux.

    Les problèmes de traitement des flux de passagers internationaux et nationaux ne se poseront plus avec les nouvelles installations. La nouvelle aérogare sera dotée d’une autonomie énergétique grâce à deux groupes électrogènes de recours d’une puissance de 1000KVA chacun.

    Un hôtel de grand standing sera érigé dans la concession de l’aéroport, en vue d’abriter les passagers en correspondance et bien d’autres. Ce sera un bâtiment R+3 vitré avec 60 chambres individuels et de luxe, six suites standard et deux suites présidentielles. Le projet prévoit aussi de rendre l’accès à l’aéroport plus facile à travers l’ouverture des voies entre le croisement de la rue Itoumbi, l’avenue de la Paix et de la Poudrière.

    Après avoir présenté les caractéristiques de l’ouvrage, le délégué général aux grands travaux, Jean Jacques Bouya, a indiqué que la modernisation des installations de l’aéroport Maya-Maya revêtait une grande importance, étant donné que cet aéroport est la principale porte d’entrée de Brazzaville.

    «Par l’acte qu’il accomplira tout à l’heure, le Président de la République marque une avancée sur le chemin de l’évolution», a-t-il dit, estimant que cet ouvrage viendra réconforter le rôle de pays de transit dévolu au Congo en Afrique centrale grâce au port de Pointe-Noire, au Chemin de fer Congo océan (CFCO), aux voies terrestres et au trafic fluvial sur le fleuve Congo et ses affluents.

    Pour sa part, le ministre des Transports et de l’Aviation civile, Emile Ouosso a évoqué l’importance de ces travaux en ces termes : «Cette modernisation devrait permettre à notre pays d’assurer avec efficacité la nouvelle mission que l’organisation de l’aviation civile internationale a demandé aux Etats, il y a quelques années, à savoir la supervision et le renforcement de la sécurité du transport aérien. Que les bâtisseurs invités dans cette œuvre soient armés de courage, de force et de constance pour mener à bien ce projet, vecteur parmi tant d’autres du Congo vers la modernité».

    Vieux de près de 58 ans, l’aéroport international Maya-Maya pourra s’arrimer à la modernité une fois les travaux de modernisation achevés.

    Source: congo-site

    MAYA-MAYA
    1ère Pierre pour la modernisation et l'agrandissement de l'Aéroport de MAYA-MAYA...
      07/08/2007


    2 commentaires
  • Assemblée nationale : le PCT, le MCDDI et l’UPADS à la tête des commissions

    La nouvelle Assemblée nationale compte sept commissions, dont quatre présidées par le Parti congolais du travail (PCT), une par le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI) et une par l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS). Une septième commission est présidée par un député indépendant.

    CSA du 19/09/2007

    Le PCT préside la commission de l’économie et des finances (Sylvestre Ossiala) ; la commission des Affaires juridiques et administratives (Emmanuel Bete Siba) ; la commission de la défense et de la sécurité (Pierre Nzila) ; et la commission du plan et de l’aménagement du territoire (Louis Soussa).

    Martial de Paul Ikounga de l’UPADS est porté à la tête de la commission de l’éducation, de la science, de la culture et de la technologie. La présidence de la commission de la santé et des affaires sociales a été confiée à Euloge Landry Kolélas du MCDDI. Pierre Mpassi, un indépendant proche de la majorité, prend la tête de la commission des affaires étrangères et de la coopération.

    Ces commissions ont été mises en place à l’occasion de la première session de la 12ème législature de l’Assemblée nationale, dont les travaux ont pris fin le 18 septembre à Brazzaville. La session a été marquée aussi par la mise en place de trois groupes parlementaires, notamment le groupe du PCT présidé par Alexandre Ndenguet Atiki ; le groupe du MCDDI par Rodrigue Mouyecket ; et le groupe de l’UPADS par Pascal Tsaty Mabiala.

    Les députés ont adopté le règlement intérieur et financier devant régir leur institution. Le président de l’Assemblée nationale, Justin Koumba, a prôné l’unité nationale, en dégageant la responsabilité des députés dans la recherche de solutions aux problèmes que connaissent les populations congolaises. Il s’est félicité de la qualité des débats qui ont été organisés au cours de cette session, souhaitant voir cette attitude se pérenniser.

    «Notre législature démarre sous de bons auspices au vu des indicateurs rassurants qui nous autorisent à penser que nous tenons le bon bout. Notre devoir consiste, par le biais de la force de notre opposition, à trouver les points d’encrage, d’articulations raisonnées et de liaisons susceptibles d’engendrer des solutions aux problèmes posés. La bonne gouvernance, la promotion des valeurs de paix, la lutte contre la corruption et toutes les antivaleurs qui ne contribuent pas au développement de notre pays, voilà les défis auxquels nous devons nous atteler», a indiqué M. Koumba.


    Source: Congo-site.

    Cliquez sur TvCongo pour voir le journal!

          TV Congo

     
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique