• Les élections législatives seront organisées dans le département du Pool

    Le corps électoral national est convoqué le 24 juin pour élire les nouveaux membres de la chambre basse du Parlement. Le scrutin se déroulera dans tout le pays y compris le département du Pool où les conditions sécuritaires n’avaient pas permis la tenue des législatives en 2002. De retour à Brazzaville le 25 mai, après une visite de travail aux Emirats Arabes Unis, le Chef de l’Etat Denis Sassou-Nguesso, a demandé que les élections se déroulent dans la paix, la transparence et la justice.

    CSA du 26/05/2007

    Le Pool est le seul département qui n’avait pas de représentants à l’hémicycle après les élections législatives de 2002. Les pouvoirs publics, la société civile et les partenaires au développement se sont employés, depuis un certain temps, de telle sorte que les conditions soient réunies pour la tenue du scrutin dans le Pool.

    Plusieurs opérations liées aux élections législatives ont été déjà organisées. La révision des listes d’électeurs engagée ; le dépôt des candidatures clos le 24 mai dernier à 24 heures conformément à la loi électorale. Pour le Président de la République, les élections législatives ne sont pas une surprise.

    «Il s’agit d’une consultation qui était prévue. Dans la Constitution, le mandat d’un député dure 5 ans. La loi électorale de 2001 est explicite. Donc, nous ne sommes pas surpris qu’au terme du mandat des députés, le corps électoral soit convoqué pour renouveler la chambre du Parlement. Ce que je peux demander, c’est que les élections se déroulent dans la paix, la transparence et la justice», a-t-il déclaré.

    Le Pool a été affecté par les troubles armés qui ont eu de nombreuses conséquences sur la situation socioéconomique des populations. A ce jour, les activités socioéconomiques ont été relancées dans le département avec l’appui des partenaires au développement. La libre circulation des personnes et des biens étant garantie, le Pool peut accueillir les élections législatives.

    «Nous avons pris un certain nombre de décisions pour que toutes les conditions soient réunies en vue du déroulement des élections dans le Pool, et que la libre circulation des personnes et des biens soit effective dans ce département pour que cette fois, l’on n’assiste pas à une élection partielle. Nous allons réunir les conditions pour que les élections se déroulent dans tout le pays, notamment dans le Pool», a expliqué M. Sassou-Nguesso.

    En avril dernier, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, François Ibovi a indiqué qu’il n’avait pas de raison pouvant justifier le report du scrutin. Il avait précisé que toutes les conditions étaient réunies pour que les populations se rendent aux urnes le 24 juin pour le premier tour et le 22 juillet pour le second.

    M. Ibovi avait, en outre, signalé l’achat des moyens roulants, des groupes électrogènes, des mallettes satellitaires et d’autres objets favorables à l’organisation du scrutin.

    S’agissant de la commission électorale indépendante réclamée par les partis et associations politiques de l’opposition, le ministre de l’Administration du territoire avait rassuré qu’elle sera mise en œuvre.

    Les délégués de la société civile, des partis politiques et d’autres organisations seront présents au sein de cette commission électorale indépendante.

    Cliquez sur TvCongo pour voir le journal!

                   TV Congo


    votre commentaire
  • Vers la concrétisation du projet de création d’une zone franche à Pointe-Noire

    Le projet de création d’une zone franche à Pointe-Noire vient de franchir une étape importante dans sa réalisation. Le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, a confirmé le 25 mai à Brazzaville, la concrétisation de ce projet qui bénéficiera de l’apport des Emirats Arabes Unis. S’exprimant au terme de sa visite de travail en terre émirienne, le Chef de l’Etat a indiqué que les relations de coopération entre le Congo et les Emirats Arabes Unis augurent de bonnes perspectives.

    CSA du 25/05/2007

    «Il y a des idées très précises, notamment la concrétisation de notre idée de création d’une zone franche à Pointe-Noire et ailleurs. Nous avons travaillé avec les partenaires, surtout de Doubaï, qui ont une riche expérience dans la gestion des zones franches. Des protocoles d’accord ont été signés et très prochainement des partenaires de Doubaï pourraient venir au Congo poursuivre des contacts et travailler, en vue de l’aboutissement du projet de zone franche à Pointe-Noire. Il s’agit là, d’un projet concret, comme bien d’autres projets d’investissement dans la réalisation d’un barrage électrique, d’infrastructures, des télécommunications, etc.», a-t-il expliqué.

    Pendant son séjour à Abu Dhabi, le Président Sassou-Nguesso a eu des entretiens avec son homologue émirien Cheik Khalifa Ben Zayed Al Nahyan sur la coopération entre le Congo et les Emirats Arabes Unis d’une part, et d’autre part, entre cet Etat du Golfe Persique et les pays africains. Le premier citoyen congolais a confié que l’Afrique entretenait de bons rapports avec les pays de la Ligue arabe.

    «Au niveau de l’Union Africaine (UA) dans ses rapports avec la Ligue arabe, nous avons toujours parlé de la coopération arabo-africaine. Le moment était venu pour nous de prendre contact pour la première fois avec un pays qui n’a pas l’habitude de coopérer avec le Congo pour lancer les idées de coopération effective. Ce n’étaient plus des intentions, des projets vagues. Je peux dire qu’il y a de bonnes perspectives de coopération avec ce pays qui a d’énormes possibilités et qui sait aussi que l’Afrique a de potentialités. Je crois que les conditions pourront être remplies pour que le Congo et les Emirats Arabes coopèrent réellement pour les intérêts réciproques», a-t-il renchéri.

    A Abu Dhabi, les autorités des deux pays ont procédé à la signature d’un accord en vue de l’établissement des relations diplomatiques. Le Congo et les Emirats Arabes Unis se sont également engagés à nouer un partenariat dans les domaines des transports maritimes, des télécommunications, de l’économie forestière, etc. La délégation congolaise s’est rendue également à Doubaï où elle a visité le port et la zone franche de la localité. A la faveur de cette visite, les deux Etats ont envisagé la création d’une ligne aérienne directe entre Brazzaville-Doubaï-Pékin.

    Cliquez sur TvCongo pour voir le journal!

                   TV Congo


    votre commentaire
  • L’Italie œuvre pour une coopération approfondie avec le Congo

    L’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d’Italie en République du Congo, Angelo Travaglini, a réitéré, le 23 mai à Brazzaville, la volonté de son pays à œuvrer en faveur d’une coopération bilatérale plus approfondie avec le Congo, dans le but de renforcer davantage les relations d’amitié entre les deux Etats et les deux peuples.

    Gos G. Lenckonov/CSA, du 24/05/2007

    M. Travaglini a d’abord rendu hommage au Congo, pour n’avoir pas changé le nom de sa capitale, Brazzaville, au lendemain de son indépendance, comme l’ont fait d’autres pays africains. Il a ensuite assuré de sa disponibilité à s’impliquer ardemment en faveur d’une «coordination poussée» entre l’Italie et le Congo. Les deux pays siègent au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies jusqu’en fin 2007.

    L’Italie souhaite que le Congo puisse s’ouvrir à la «réalité internationale». La volonté des autorités italiennes d’impliquer le Congo dans le processus de développement mondial est la conséquence logique de l’histoire de l’Italie. Ce pays n’a pas un grand passé colonial : il n’a possédé en Afrique qu’un territoire appelé «colonie Erythrée», sur le rivage occidental de la Mer Rouge ; un autre territoire sur la côte des Somalis ; et un troisième au nord de la Libye. L’Italie a une politique qui ne conditionne pas le cours de développement, c’est-à-dire n’admet pas l’ingérence dans les affaires intérieures des Etats, bien que faisant partie du système financier international qui prône les valeurs de bonne gouvernance et de transparence.

    L’Italie veut élargir sa coopération avec le Congo dans tous les domaines et impliquer de plus en plus les Congolais dans la gestion des structures locales. Le diplomate italien a cité l’exemple de la société pétrolière ENI Congo, dont le directeur général est un Congolais.

    «La volonté des institutions italiennes est celle d’impliquer la population locale dans les structures locales, impliquer le pays destinataire de la coopération dans le processus de développement. C’est-à-dire faire participer le pays au processus d’exploitation des richesses. Dans ce contexte, je tâcherai, dans la limite de nos possibilités, de faire démarrer ici au Congo quelques projets de développement, notamment dans des domaines sensibles à vocation sociale», a déclaré l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d’Italie au Congo.

    Dans le cadre de ces projets, le diplomate italien et le ministre des Transports maritimes et de la Marine marchande ont planché, le 23 avril dernier à Brazzaville, sur la mise en place d'une garde côtière à Pointe-Noire. Ce projet connaîtra une évolution cette année, les études seront réalisées par la société italienne Ficantieri, l’une des grandes sociétés reconnues en Europe dans le domaine de la surveillance côtière et de la construction navale. M. Travaglini estime que le secteur maritime peut constituer un point de départ important pour la consolidation de la coopération bilatérale entre le Congo et l’Italie. L'accord maritime signé entre les deux parties facilite l'accès des bateaux italiens au port autonome de Pointe-Noire et ceux du Congo en Italie.

    D’autres efforts seront entrepris dans les domaines de la culture, de la santé et de l’éducation. Le diplomate italien a annoncé qu’il entendait initier des cérémonies culturelles à Brazzaville pour permettre aux deux pays d’échanger leurs cultures. Quant à l’éducation, M. Travaglini a fait savoir que le nombre d’étudiants congolais qui désirent aller poursuivre leurs études dans les universités italiennes ne cesse d’augmenter. Cette année, l’ambassade d’Italie au Congo a enregistré lus de 3.000 demandes de visas.

    Dans le cadre de la coopération bilatérale, le Congo s’est engagé à soutenir la candidature de l’Italie au Conseil exécutif de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). L’information a été donnée récemment par le ministre de l’Enseignement supérieur, Henri Ossébi. C’était au cours d’un entretien avec l’ambassadeur de l’Italie au Congo.

    La République du Congo et l’Italie entretiennent d’excellentes relations de coopération bilatérale. Deuxième partenaire commercial du Congo (après la France) au niveau de l’Union européenne, l’Italie appuie le Congo dans ses négociations avec les institutions financières internationales. Elle a annulé la dette congolaise, estimée en 2002 à quelque 135 milliards de francs CFA.

    Cliquez sur TvCongo pour voir le journal!

                   TV Congo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique