• Le projet de loi contre la récidive de Rachida Dati.

    voir l'image en grand

    Le projet de loi contre la récidive de Rachida Dati.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En présence de quelques sénateurs, la ministre de la Justice Rachida Dati a présenté hier son projet de loi sur la récidive qui bien que contesté a été adopté en première lecture au sénat et qui le sera certainement aussi à l’assemblée. L’on s’achemine alors vers le tout carcéral alors que les prisons sont déjà saturées. Au moment où un fonctionnaire sur deux allant en retraite ne sera pas remplacé, l’on peut se demander comment le gouvernement comblera le vide au niveau de l’éducation nationale. Je reste persuadé que pour freiner la délinquance juvénile, le gouvernement devra mettre plus de moyens sur l’éducation. En effet, l’ascenseur social  étant bloqué au sous-sol dans les cités, il serait souhaitable de donner plus de moyens aux jeunes pour accéder à un premier emploi. C’est cela à mon sens le remède pour palier à la délinquance car quand l’on a Bac+5 et que l’on s’appelle Mamadou ou Mohamed et que l’on termine sa carrière dans la sécurité ou le bâtiment, cela n’incite pas les jeunes des cités à aller le plus loin possible dans les études. J’ai été contre la discrimination positive prônée par le candidat Sarkozy mais je dois avouer que le Président de la République m’a épaté avec la nomination au sein du gouvernement des Français issus de l’immigration à des postes où ils ne font pas que de la figuration. Cela n’est pas une question de gauche ou de droite mais quelque chose d’indispensable pour notre Nation. J’ose espérer que cela ne se limitera pas que là et que les chefs d’entreprises devraient s’en inspirer pour une représentativité équitable dans tous les secteurs d’activité, pour une France plus juste. J’ai la ferme conviction qu’une France plus juste est la solution aux problèmes des cités, et non une société à deux vitesses.

    J’en ai assez que les jeunes issus de l’immigration soient stigmatisés surtout que pour nombres de nos concitoyens, jeune noir ou arabe est synonyme de délinquant alors que nos banlieues regorgent aussi d’énormes talents.

     La Ministre de la justice a déclaré que "Lorsque l'on est jugé pour la troisième fois, il est normal que la sanction soit claire et exemplaire",  "Il ne peut en aller autrement, sauf à remettre en cause l'idée même que nos concitoyens se font de la justice. Pour autant, alors même que les actes commis par ces délinquants sont insupportables, le projet de loi permet au juge d'adapter la peine à des situations humaines qui, même si elles sont rares, méritent considération".<o:p></o:p>

    Ce texte en effet remet en cause le principe fondamental de l’individualisation de la peine, car toutes les situations ne se ressemblent pas et il y a assez souvent des circonstances atténuantes. Par ailleurs la mise en place des peines planchers minimales pour les récidivistes est une bonne chose à mon sens dans certaines situations, par contre il serait souhaitable de mieux encadrer les mineurs que de les envoyer en prison.

    En somme avec la majorité  parlementaire à l'assemblée, il est quasiment certain que ce texte sera adopté. Cependant l’on jugera par la suite si cela portera ou non du fruit, j'en suis péssimiste.

     <o:p></o:p>

    Bertrand Kissangou.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :