• Les déclarations de Ségolène Royal provoquent des remous au PS

    Les déclarations de Ségolène Royal provoquent des remous au PS

    Ségolène Royal, le 7 juin 2008 à Tonneins

     «Une enfant qui veut gâcher la fête»

    La secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade a réagit aux propos de Ségolène Royal. «Je suis très choquée qu'elle réagisse comme ça. On a l'impression d'une enfant qui veut gâcher la fête».

    «Quand on voit que même la famille d'Ingrid Betancourt a remercié Nicolas Sarkozy, ça devrait faire l'unanimité», a-t-elle ajouté, reprochant à l'ex-candidate à l'Elysée de «vouloir gâcher ce moment de communion nationale, de joie, de plaisir partagé, en arrivant comme un éléphant dans un magasin de porcelaine».

     

     
    Alors que les déclarations de Ségolène Royal ont provoqué des réactions ce mercredi au sein de la majorité, au PS aussi les critiques ont fusé. Et ce, à quelques mois du congrès de Reims qui doit permettre de désigner le nouveau leader du parti.

    «Manque d'élégance morale»


    Jack Lang a fustigé la «rare mesquinerie» et le «manque d'élégance morale» de l'ex-candidate PS à la présidentielle, dont il avait été le «conseiller spécial». «Pour le moment ces critiques ne sont pas du bon niveau», a déclaré de son côté le député PS fabiusien Philippe Martin, jugeant «assez tristes et un peu consternants» les propos de Ségolène Royal.

    L'opposition frontale à Nicolas Sarkozy revendiquée par l’ex-candidate «risque de devenir obsessionnelle», a ironisé pour sa part un cadre socialiste adversaire de la présidente de Poitou-Charentes, sous le couvert de l'anonymat.

    A peine rentrée de Québec, Ségolène Royal a tenté de couper court à une «polémique indécente soulevée par la droite» sur des «propos sortis de leur contexte». «Le moment n'est pas à la polémique politicienne», a-t-elle conclu.

    Jean-Louis Bianco défend Ségolène Royal

    «Cette polémique ridicule et indécente prouve que Ségolène Royal est pour certains de ses camarades socialistes et la droite l'adversaire à abattre», a estimé de son côté l'un des principaux lieutenants, Jean-Louis Bianco, sur LCI.fr.

    Un autre ancien proche de Ségolène Royal pendant la présidentielle, Julien Dray, a appelé à faire cesser critiques et attaques.

    Pierre Andrieu AFP ¦ Ségolène Royal, le 7 juin 2008 à Tonneins

     
    <script>document.getElementById("legendePhotoVisible").innerHTML = document.getElementById("legendePhotoInVisible").innerHTML;</script>


    Avec Agence


    20Minutes.fr


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :