• Les Français ont fait leur choix

     

                                       Les Français ont fait leur choix <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les électeurs français se sont rendus massivement aux urnes le 22 avril 2007 et ont choisi leurs candidats. C’est le retour au classique droite contre gauche avec deux candidats, Sarkozy s’opposant à Royal. Les compteurs sont désormais remis à zéro, les Français devront désormais choisir entre deux modèles de société qui s’opposent : le modèle ultra libéral de Sarkozy  semblable au modèle anglo-saxon ou le modèle social de Royal avec une France plus juste.

     <o:p></o:p>

    Par ailleurs l’on ne peut s’empêcher de penser au  score historique de François Bayrou (19%) qui devient de facto l’arbitre du second tour et c’est son électorat qui fera la différence. Au vu des résultats du premier tour, une alliance entre L’UDF de Bayrou et le PS est souhaitable pour contrer Sarkozy. Cependant une politique sociale démocrate sera plus en mesure   de faciliter cette alliance.

     <o:p></o:p>

     En outre l’énigme reste la consigne de Bayrou à ses électeurs quand l’on sait que certains députés de l’UDF ont été élus avec les voix de l’UMP, et que son électorat est composé des déçus de Sarkozy et de Royal. Les compteurs sont réellement remis à zéro et tout devient possible d’un côté comme de l’autre.

     <o:p></o:p>

    C’est ainsi que les électeurs devront se demander dans l’urne s’ils veulent d’une France avec plus de précarité  surtout avec la franchise très variable de Sarkozy, qui entraînera des inégalités d’accès aux soins  qui ne profitera qu’aux riches ou d’une France plus juste de Ségolène avec le travailler tous, qui s’oppose au travailler plus du candidat de l'UMP quand l’on sait que c’est le patronnat qui décide.

     <o:p></o:p>

    Bertrand Kissangou.

    http://bertrand.over-blog.fr/

     

    Quelques images du 22 avril 2007

     
    Le débat entre Ségolène Royal et François Bayrou.

    Ségolène Royal estime que le débat, retransmis par BFM TV et RMC, est "un événement sans précédent qui souligne la modernisation de la vie politique et ce besoin de sortir de l'affrontement bloc contre bloc. C'est un dialogue aujourd'hui qui se déroule, en toute clarté", a déclaré la candidate socialiste.

    "L'affrontement bloc contre bloc, 50 contre 50, ça ne marche pas. Nous pouvons faire un bout de chemin ensemble, nous ne sommes pas d'accord sur tout. Ce que je n'attends pas de ce dialogue, c'est un ralliement, c'est-à-dire une espèce de coup de théâtre. Je n'attends pas cela car ce n'est pas ce qu'attendent les électeurs".

    Malgré quelques désaccords sur certains points, ils dégagent de nombreux points de convergences, par exemple, sur la nécessité d'abolir l'adoption de projets de loi sans débat (49.3), les indemnités des députés ou pour dénoncer un "verrouillage médiatique".

    "Vous êtes un excellent défenseur du pacte présidentiel !", déclare même, à un moment, Ségolène Royal à François Bayrou.

    Le député béarnais parle des "trois forces qui structurent la vie politique française" droite, gauche et centre, avec des dirigeants "de la même génération: nous avons le devoir de faire bouger les choses".

    "Nous ne parlons pas au nom des partis", nuance la candidate socialiste, soulignant qu'elle a engagé "un dialogue direct avec les Français" et qu'elle "dépasse les partis politiques". "Il n'y a pas entre nous de tractations de couloirs entre organisations politiques".

    si vous voulez vous faire une idée, voici la conclusion :


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :