• Nicolas Sarkozy vu par François Bayrou

    Nicolas Sarkozy vu par François Bayrou

    François Bayrou réserve ses flèches les plus acérées à Nicolas Sarkozy <?XML:NAMESPACE PREFIX = O /><O:P></O:P>


    PARIS, 25 avr 2007 (AFP) - François Bayrou (UDF) a réservé mercredi ses flèches les plus acérées au candidat UMP Nicolas Sarkozy, en pointant "sa proximité avec les milieux d'affaires et les puissances médiatiques", se montrant plus modéré à l'encontre de Ségolène Royal (PS).
    "Nicolas Sarkozy, par sa proximité avec les milieux d'affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l'intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l'ont été. Par son tempérament, et les thèmes qu'il a choisi d'attiser, il risque d'aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d'avantage au plus riche", a déclaré M. Bayrou lors de sa conférence de presse.
    "Ségolène Royal paraît mieux intentionnée en matière de démocratie, encore que le PS n'ait rien fait quand il était au pouvoir pour corriger ces maux", a observé le candidat centriste arrivé 3e au premier tour de <?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 /><ST1:PERSONNAME ProductID="la présidentielle. Elle" w:st="on">la présidentielle. Elle</ST1:PERSONNAME> lui parait aussi "plus attentive à l'égard du tissu social".
    Cependant son programme, en "multipliant les interventions de l'État" va aux yeux du responsable centriste, "exactement à l'encontre" des "orientations nécessaires pour rendre à notre pays et à son économie leur créativité et leur équilibre".
    "Notre pays a un problème de démocratie, un problème de fracture sociale, un problème d'économie, un problème de dette. Nicolas Sarkozy va aggraver les problèmes de la démocratie et la fracture du tissu social, Ségolène Royal, par son programme, va aggraver durablement les problèmes de l'économie et l'un comme l'autre vont déséquilibrer le déficit et la dette", a-t-il ajouté.
    Au moment des questions, il a de nouveau implicitement attaqué M. Sarkozy, sans le citer, dénonçant "cette manière de forcer le pouvoir, d'intimider autour de soi et si tu n'obéis pas +on te le fera payer+, qui a pu gagner jusqu'aux rangs de la presse" et qui "est tellement archaïque, anachronique".


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :