• Pierre Mauroy mis en examen

    Pierre Mauroy mis en examen

    L'ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy, le 3 mai 2007 à Lille lors d'un meeting de Ségolène Royal
    L'ancien Premier ministre PS Pierre Mauroy, 79 ans, a été mis en examen vendredi pour «détournement de fonds publics» à propos d'un emploi fictif présumé de Lyne Cohen-Solal, quand il était président de la communauté urbaine de Lille, affirme l’AFP qui cite son avocat Me Jacky Durand.
     
    19.000 euros de salaires
     
    Le délit visé par cette mise en examen, décidée par un juge d'instruction de Lille est passible de 3 ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende. Le sénateur du Nord, qui a été entendu pendant près de sept heures, n'est soumis à aucune mesure de contrôle judiciaire. «Il est complètement effondré, très affecté», a précisé l'avocat, alors que l'ex-Premier ministre a affirmé dans un communiqué que «ce reproche n'est pas fondé» et qu'il était «confiant dans la suite de la procédure».
     
    Les sommes concernées se monteraient au total à quelque 19.000 euros, selon l’AFP. Soit un salaire versé à Lyne Cohen-Solal, actuelle adjointe au maire de Paris, pour un emploi d'attachée de presse de la communauté urbaine, pendant dix mois en 1992. Dans son communiqué, Pierre Mauroy justifie le salaire accordé par la communauté urbaine à Lyne Cohen-Solal en soulignant qu'elle avait alors «parfaitement rempli sa mission» de promotion de la métropole lilloise. Le juge d'instruction lillois devrait entendre mardi l'ancien directeur de cabinet de Pierre Mauroy à la communauté urbaine, Bernard Masset, soupçonné de «complicité» et mercredi Lyne Cohen-Solal, pour «recel».
     
    Pas de prescription
     
    L’année dernière, la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens a pris la décision d'ouvrir une nouvelle information judiciaire pour cette affaire, issue d'une plainte déposée en juin 2000 par Eric Darques, ancien élu local de la ville de Lambersart, dans l'agglomération lilloise. La mise en examen a été également rendue possible par un arrêt de la Cour de cassation du 8 février 2006, qui avait jugé les faits non prescrits, contrairement à une ordonnance d'un juge d'instruction de Lille du 3 août 2004 et à un arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai, le 10 décembre 2004. La Cour de cassation avait notamment estimé que, plus que la date des faits eux-mêmes, c'était la date auxquels ils avaient pu être constatés qui devait être retenue.
     
    Pierre Mauroy n'a plus de mandats locaux depuis qu'il a laissé en avril la présidence de la communauté urbaine de Lille après dix-neuf ans d'exercice, à l'issue des dernières élections municipales. Il a occupé le fauteuil de maire de Lille pendant vingt-huit ans.

    Bertrand Guay AFP/Archives ¦ L'ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy, le 3 mai 2007 à Lille lors d'un meeting de Ségolène Royal

     
    <script>document.getElementById("legendePhotoVisible").innerHTML = document.getElementById("legendePhotoInVisible").innerHTML;</script>


    Avec agence


    20Minutes.fr, éditions du 20/06/2008 - 19h12


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :