• Royal ne se représentera pas dans les Deux-Sèvres

    Royal ne se représentera pas dans les Deux-Sèvres

    Ségolène Royal, le 7 mai 2007 à Paris 

    Bertrand Guay AFP/Archives ¦ Ségolène Royal, candidate malheureuse du PS à l'Elysée et présidente de la région Poitou-Charentes, a indiqué vendredi à l'AFP qu'elle n'avait "pas l'intention de se représenter à la députation" conformément au principe de non cumul des mandats qu'elle défend.

     
    Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, ne retournera pas à l’Assemblée nationale. La candidate malheureuse à l’élection présidentielle avait défendu pendant toute sa campagne l’idée du non-cumul de mandat. Elle ne l'a pas oublié.

    «Bien que la loi l'autorise, l'avenir est au non-cumul des mandats, et je m'applique à moi même le non-cumul dont j'avais défendu le principe lors de la campagne présidentielle», a expliqué Ségolène Royal. «Je reste fidèle à mon principe de choix personnel», a-t-elle ajouté, bien que la situation dans sa circonscription soit «assez compliquée», et qu'une «pétition de tous les élus circule» pour qu'elle se représente.

    Conseil national samedi


    La deuxième circonscription des Deux-Sèvres, où Ségolène Royal est élue sans discontinuer depuis 1988, devait revenir à Delphine Batho, secrétaire nationale PS à la sécurité. «Le Parisien» et «Le Figaro» affirmaient tous deux vendredi que Delphine Batho devrait finalement être investie dans la 24e circonscription du Nord, afin de permettre éventuellement à Ségolène Royal de se représenter dans la sienne.

    Le parti doit réunir samedi son Conseil national, qui sera consacré aux législatives. François Hollande avait proposé au lendemain du second tour de la présidentielle un fonctionnement «collectif» de la conduite de la campagne pour les scrutins de juin. Selon une projection en sièges publiée jeudi par l'institut BVA pour Orange et la presse régionale, le PS aurait 158 à 200 députés, sur 577.

    «Je regrette sa décision. Je lui lance un appel amical pour qu'elle change d'avis», a déclaré Patrick Mennucci, très proche de Ségolène Royal, et directeur-adjoint de sa campagne. «Elle se met en cohérence avec ce qu'elle prône sur le mandat unique mais on va se priver d'elle à l'Assemblée nationale où elle pourrait mener la majorité si l'on venait à gagner les législatives, ou l'opposition.»


    20Minutes.fr, éditions du 11/05/2007 - 10h09

    dernière mise à jour : 11/05/2007 - 15h58 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :