• Ségolène Royal invitée de Guillaume Durand sur Europe 1.

    Ségolène Royal en appelle aux électeurs du MoDem.

    Ségolène Royal invitée de Guillaume Durand sur Europe 1.

    Guillaume DURAND

    Ségolène ROYAL bonsoir, merci d'être avec nous, finalement 24 heures après ce vote, quelle est l'analyse que vous en faites ? Dans le camp de Nicolas SARKOZY tout le monde dit, il n'y a pas eu de sanction et finalement ça ne s'est pas si mal passé que ça.

    Ségolène ROYAL

    Oui c'est très frappant de voir cet aveuglement d'un pouvoir qui est également sourd à ce qu'ont dit les Français dans les urnes. A la dégringolade de la cote de confiance du président de la République qui veut quand même dire quelque chose…

    Guillaume DURAND

    Ils avancent les chiffres, ils disent 47% pour la gauche, 45% pour la droite, la différence n'est pas énorme.

    Ségolène ROYAL

    Oui, sauf que dans les 45% ils mettent les voix centristes, c'est 47,40 pour l'instant. Mais importe cette bataille de chiffres, il y a un avertissement très ferme qui a été donné, un vote sanction et le pouvoir ne veut pas l'entendre…

    Guillaume DURAND

    Mais il le nie…

    Ségolène ROYAL

    Attendez, donc c'est pour ça que dimanche prochain, il faut non seulement confirmer ce vote mais l'amplifier, sinon tout va continuer comme aujourd'hui, c'est-à-dire des politiques ultra concentrées, des politiques injustes, des politiques qui mettent la France en panne, qui exacerbent les inégalités, qui dressent les Français les uns contre les autres et je pense qu'aujourd'hui la France est en mauvaises mains et dans un mauvais état. Les Français souffrent de l'explosion des prix, de la baisse du pouvoir d'achat, de la précarité dans le travail, des difficultés à se loger, des impôts nouveaux. Songez que Nicolas SARKOZY et François FILLON ont inventé six impôts nouveaux en huit mois, dont les taxes sur la santé, la TVA qui explose avec les prix qui augmentent, les impôts sur l'essence…

    Guillaume DURAND

    Mais vous avez dit, il faut imposer une victoire pour le deuxième tour. Qu'est-ce que vous pensez justement de la déclaration de François FILLON, parce qu'il y a quelques instants, il a dit, finalement je suis pour un accord réciproque avec le MoDem un petit peu partout en France, UMP – MoDem. Donc c'est d'une certaine manière le bon moyen pour vous empêcher de crier victoire au deuxième tour, s'ils obtiennent avant demain soir 18h00 cet accord.

    Ségolène ROYAL

    Mais écoutez, je pense qu'un Premier ministre qui a en charge le destin et l'avenir du pays, devrait s'occuper d'autre chose que des tractations politiciennes entre appareils…

    Guillaume DURAND

    Il est chef de la majorité !

    Ségolène ROYAL

    Oui, il est chef de la majorité, il doit d'abord comprendre ce qu'ont dit les Français dans les urnes, et comme il ne comprend rien, qu'il ne veut rien entendre. Moi je suis choquée de l'arrogance des ministres, de l'arrogance du Premier ministre, de la façon dont il considère que tout va bien, tout doit continuer comme si de rien n'était et c'est pourquoi j'appelle les électeurs, d'abord la gauche à se rassembler, très fortement, gauche, extrême gauche et Verts et ensuite à s'ouvrir vers les centristes pour que tous les électeurs qui …

    Guillaume DURAND

    Mais…

    Ségolène ROYAL

    Attendez, tous les électeurs qui considèrent aujourd'hui que la France est dirigée, le disent massivement dimanche prochain.

    Guillaume DURAND

    Mais alors sur cette affaire de MoDem, on a l'impression que si François FILLON s'engouffre dans la brèche c'est qu'il y a plusieurs versions du Parti socialiste sur l'alliance avec le MoDem. Au cas par cas dirait François HOLLANDE, vous peut-être avec un éventuel contact au plus niveau, donc du côté de François BAYROU…

    Ségolène ROYAL

    Non non pas du tout !

    Guillaume DURAND

    Quelle est la vérité de l'appel que vous lancez au MoDem ?

    Ségolène ROYAL

    La vérité…

    Guillaume DURAND

    C'est au cas par cas comme François HOLLANDE ou il y a une autre version ?

    Ségolène ROYAL

    Non, la vérité est très simple : c'est que chaque voix qui ira à un candidat de l'UMP, même si les candidats ont soigneusement et très hypocritement dissimulé tous, même les ministres, leur étiquette UMP lors du premier tour de ces élections municipales ; chaque voix qui ira contre un candidat UMP sera interprétée par le pouvoir en place comme un blanc sain, voulant dire tout va bien, on continue comme si de rien n'était. Donc j'imagine qu'il y a des électeurs qui échappent à l'affrontement des blocs droite contre gauche et qui estiment que la France est dans une mauvaise situation aujourd'hui et qui donc, doivent porter leur voix sur les candidats de la gauche…

    Guillaume DURAND

    Donc c'est un appel que vous lancez aux électeurs, pas au dirigeant du MoDem ?

    Ségolène ROYAL

    Bien sûr, mais ce sont des accords locaux, partout il faut essayer, je l'ai dit, ces accords, mais en faisant un appel aux électeurs sur la base des projets des candidats socialistes, des candidats de gauche, qui d'ailleurs partout sont de bons candidats qui ont rassemblé des listes. Qui ont monté des projets en écoutant les gens, en respectant les citoyens contrairement à l'exemple que l'on a au plus haut niveau, qui peuvent en plus, je crois que ça c'est très important que les électeurs comprennent que des majorités de gauche dans les municipalités, peuvent amortir le choc de la mauvaise politique nationale. Regardez sur la question du logement, sur la question des déplacements, même sur la question du pouvoir d'achat, lorsque des collectivités locales et j'en préside une, prennent en charge les frais scolaires, les livres scolaires, lorsqu'il y a des actions qui sont conduites pour faciliter le logement, les énergies renouvelables, la possibilité de se déplacer à bon marché dans les villes ou entre petites villes et villes de plus grande importance. Tout cela fait partie de l'amélioration de la vie quotidienne et donc ce choix est très très important dimanche prochain.

    Guillaume DURAND

    Mais on a l'impression que la réflexion que vous aviez ouverte d'une manière un peu, pas brutale, mais peut-être un peu improvisée pendant la présidentielle avec le MoDem, elle se pose encore aujourd'hui pour le deuxième tour et elle se posera après. Je vous cite par exemple un urgent qui vient de tomber concernant Bertrand DELANOË donc en très bonne position, il est pour un partenariat original avec le MoDem mais après le 16 mars. Donc quand est-ce qu'il y aura une position claire des socialistes par rapport au centre, étant donné que BAYROU ne veut pas entendre parler d'accord.

    Ségolène ROYAL

    Mais pourquoi compliqué ce qui est simple ? Aujourd'hui…

    Guillaume DURAND

    Vous allez nous l'expliquer !

    Ségolène ROYAL

    Les accords entre appareils ne sont pas d'actualité puisque François BAYROU n'y est pas favorable. Donc en revanche…

    Guillaume DURAND

    Mais alors, tuez-le à Pau !

    Ségolène ROYAL

    Attendez, les électeurs, attendez, non parce qu'on respecte les électeurs, ce sont eux qui vont se prononcer dans le secret de l'isoloir dimanche prochain et ils vont se prononcer sur quoi ? Sur la qualité des candidats, sur les valeurs qu'ils incarnent et sur la sanction du pouvoir de droite qui met la France dans un mauvais état.

    Guillaume DURAND

    Mais vous savez qu'il veut votre leadership BAYROU, il le veut depuis le début. Il a refusé de vous ouvrir la porte une nuit entre les deux tours des présidentielles.

    Ségolène ROYAL

    Si on laisse de côté un instant les questions politiciennes, des milliers de retraités sont descendus dans la rue il y a quelques jours. Vous savez, il en faut beaucoup pour que les retraités descendent dans la rue, le pouvoir ne les a même pas entendu, or ce qui se passe est scandaleux. L'impôt sur la santé, je l'ai dit, le refus d'augmenter le niveau des retraites malgré les promesses de Nicolas SARKOZY qui avait promis 25% - le jour de son élection - du minimum vieillesse et des petites retraites. La flambée des prix, les retraités, un sur deux gagne moins de 700 euros par mois, un retraité sur deux. Donc tout cela, dans un pays dans lequel, pendant les élections présidentielles il y a eu…

    Guillaume DURAND

    Donc cette semaine ça va être un appel aux électeurs, les grands dirigeants socialistes, vous et d'autres vous faites un appel aux électeurs du MoDem pour renforcer la position de la gauche.

    Ségolène ROYAL

    Pas pour renforcer la position de la gauche, je lance un appel aux électeurs du MoDem pour que la France aille mieux et je lance un appel…

    Guillaume DURAND

    Est-ce que vous allez aller à Marseille dans les jours qui viennent ?

    Ségolène ROYAL

    Je suis en train de monter mon programme de déplacements, mais au-delà de… on verra comment …

    Guillaume DURAND

    Nicolas SARKOZY lui va à Toulon demain, pas très très très loin de Marseille…

    Ségolène ROYAL

    Je vais faire beaucoup de déplacements en effet, donc je suis en train de monter ce programme de déplacement, mais au-delà, les électeurs ils entendent le sens de l'appel national que je peux, grâce à vous, donner aujourd'hui à ce micro. Partout, sur l'ensemble du territoire national il y a un choix de bons candidats, il y a un choix de valeurs et il y a une sanction très sévère à donner au pouvoir en place qui n'a pas entendu le sens de ce premier tour. Donc il faut se faire entendre car sinon je ne le répète, tout va continuer comme si de rien n'était et ça, je crois que ce n'est pas bon pour la France.

    Guillaume DURAND

    Alors si on prend l'hypothèse que vous retenez, à savoir une victoire de la gauche au deuxième tour, est-ce que vous lancerez justement cet appel que vous avez la gentillesse de lancer ici, est-ce que vous allez le relancer tout à fait solennellement dimanche soir à la télévision, hors des plateaux, en direction de la France de gauche, pour diriger le PS et donc préparer 2012. Oui ou non ?

    Ségolène ROYAL

    Attendez, chaque chose en son temps ! Vous savez nous sommes là entre les deux tours des élections municipales et une nouvelle fois, les Français votent pour eux, parce qu'en portant aux responsabilités dans le maximum de villes, des majorités de gauche et ouvertes aux hommes et aux femmes de bonne volonté qui ont compris que ce n'était plus possible que la France aille dans cette direction-là, il est possible de refuser le déclin de la France. 36.000 communes c'est la France. Donc plus il y aura de communes qui mettront en place des solutions imaginatives, créatives pour améliorer la vie quotidienne des gens, de la propreté en passant par l'environnement sur l'aide à l'emploi, sur le logement, sur les déplacements, sur le cadre de vie, sur les énergies renouvelables, sur le vivre ensemble, sur le soutien aux associations, là où le gouvernement actuel est en faillite, là où les caisses sont vides, on nous l'a dit et répété suffisamment, le gouvernement…

    Guillaume DURAND

    Ils n'ont jamais vu… dans toutes les déclarations de la journée, ils n'ont pas lu, je parle de la majorité actuelle, ils n'ont pas lu le moindre désaveu. Ils ont vu un avertissement, mais pas un désaveu absolu.

    Ségolène ROYAL

    C'est ça qui est très grave, vous avez raison, ils n'ont rien vu, ils sont sourds et aveugles ; eh bien il faut donc que dimanche prochain ils comprennent que les Français ne sont pas contents. Moi qui me suis beaucoup déplacée à travers la France, j'ai vu des Français non seulement extrêmement déçus, mais profondément en colère sur ce qu'ils subissaient aujourd'hui par rapport à ce qui leur avait été promis. Donc c'est l'occasion de marquer très très fortement dimanche prochain cette colère, tout en choisissant des maires de qualité.

    Guillaume DURAND

    Alors justement, concernant cette clarification que vous souhaitez, l'un des grands reproches qui est fait au Parti socialiste c'est peut-être le flou de son programme et évidemment le flou de son leadership. Est-ce que vous voulez toujours, vous, diriger le Parti socialiste et aller vers 2012, clairement ? Bertrand DELANOË va être libéré de Paris, qu'il va remporter, et il va probablement s'attaquer au bastion potentiel que vous représentez.

    Ségolène ROYAL

    Nous verrons tout cela le moment venu, il y a des échéances et je verrai ce que je ferai à ce moment-là et ça n'est certainement pas entre les deux tours de l'élection présidentielle (sic) que je vais vous parler des échéances internes du Parti socialiste. Je pense qu'aujourd'hui il y a des enjeux extrêmement importants, les Français sont devant des choix essentiels qui vont définir quelles équipes font diriger les collectivités territoriales, départements et communes pendant six ans. Et moi ce que je leur demande, c'est de bien comprendre qu'à un moment où le pouvoir en place a vidé les caisses de l'Etat en donnant 15 milliards aux plus favorisés, il appartient aujourd'hui aux villes petites et moyennes, aux départements et aux régions qui sont quasiment toutes dirigées par des socialistes, de faire en sorte qu'un euro dépensé soit un euro utile. De faire en sorte que…

    Guillaume DURAND

    Leur argument c'est de dire que vous allez multiplier la fiscalité, tous les patrons de régions.

    Ségolène ROYAL

    Alors je voudrais répondre à cette question-là parce qu'en effet, ça a été abondamment dit…

    Guillaume DURAND

    Et puis après je vous en poserez une autre et puis, on conclura.

    Ségolène ROYAL

    Ecoutez, j'ai regardé de près cette question, les villes de droite et les départements de droite ont augmenté bien plus fortement les impôts que les villes, les départements et les régions de gauche. Je donne qu'un exemple, dans ma propre région que je préside, depuis trois ans je n'augmente pas les impôts, et le département de la Vienne présidé par un UMP a augmenté de 25% les impôts. Quand Jean-Pierre RAFFARIN est arrivé à la tête de la région Poitou-Charentes il a augmenté les impôts de 100%. Voilà la réalité. Donc au contraire, je pense que nous sommes soucieux de ne pas augmenter les impôts malgré la difficulté des ressources publiques qui sont en baisse, parce que nous savons que le pouvoir d'achat est en baisse et donc nous ne pouvons pas faire de ponction supplémentaire malgré la mauvaise gestion des fonds publics par l'Etat, vous savez qui ne transfère les ressources aux collectivités territoriales…

    Guillaume DURAND

    Vous n'avez pas voulu me répondre sur Marseille, vous allez y aller ou pas ? C'est important !

    Ségolène ROYAL

    Je verrai…

    Guillaume DURAND

    C'est à l'étude ce soir ?

    Ségolène ROYAL

    Je vous tiendrai au courant très rapidement de mon agenda, merci de vous y intéresser.

    Guillaume DURAND

    Non mais peut-être que le candidat socialiste, monsieur GUERINI, va vous inviter, c'est peut-être important puisque Nicolas SARKOZY va dans la région.

    Ségolène ROYAL

    On verra, c'est de toute la France qu'il s'agit aujourd'hui.

    Guillaume DURAND

    Et comment vous interprétez, ça sera ma dernière question en vous remerciant d'être venue, le fait que ce soit François FILLON qui lance cet appel ce soir aux centristes, plutôt qu'un président de la République qui est à l'Elysée avec ses conseillers, discret ?

    Ségolène ROYAL

    Je ne sais pas, c'est un peu "sauve qui peut" peut-être. C'est à la fois le refus de voir cette sanction du premier tour, la volonté de camoufler la sanction que j'espère voir se consolider et se renforcer et s'amplifier au second tour. Donc on est dans les arrangements politiciens d'appareils pour le plus possible ne pas entendre ce que les Français ont à dire.

    Guillaume DURAND

    Merci Ségolène ROYAL d'être venue en direct sur l'antenne d'EUROPE 1.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :