• Un rassemblement est en marche, une dynamique est en mouvement.

    Un rassemblement est en marche, une dynamique est en mouvement.

    Un rassemblement est en marche, une dynamique est en mouvement.


    Ségolène Royal devant le siège du Parti Socialiste au soir du 1er tour.

    Merci de m'avoir attendue, aussi tard. Je remercie à nouveau tous les électeurs et toutes les électrices qui nous ont donné ce score extraordinaire.

    Merci à tous les partenaires de la gauche et aux écologistes dès ce soir rassemblés sous mon nom.

    Un rassemblement est en marche, une dynamique est en mouvement.

    La bataille commence dès ce soir.

    Pour nous conduire vers la victoire, j'ai besoin de vous, bien sur de tous les militants socialistes mais bien au-delà, je n'appartiens plus aujourd'hui seulement aux militants socialistes.

    Je dois aller au-delà, bien sûr en rassemblant toute la gauche et les écologistes mais aussi, encore au-delà, pour rassembler une majorité de Français qui veulent vraiment que ça change, que ça change vraiment. Et qui veulent aussi que le pouvoir sortant rende des comptes. Ce sera ce que nous allons faire dans les jours qui viennent, pour que la France se relève, pour que nous défendions nos valeurs, parce que l'ancien système ne fonctionne plus, et je vous invite à l'imaginer, cette France qui a envie d'aller de l'avant alors tourner vous vers tous les Français, tournez vous vers tous les citoyens.

    Je vois beaucoup de jeunes, je fais appel à toutes les forces de la jeunesse, c'est pour ces forces de la jeunesse que nous construisons aujourd'hui une France plus juste et un monde meilleur. C'est sur cette énergie là que je vais m'appuyer pour mener cette bataille et pour la gagner.

    Demain soir, j'appelle à un grand rassemblement à Valence, c'est la première étape, et mardi soir à Montpellier, c'est la deuxième étape, et ainsi de suite. Et d'étapes en étapes, je sens une vague qui va se soulever, cette vague qui, aujourd'hui, a conduit des millions et des millions de Français vers les urnes et notamment ceux qui pensait que la politique ne comptait pour rien, nous avons donc une responsabilité essentielle, une responsabilité majeure, celle de réussir le changement, celle de construire cette France neuve et c'est à cela que je vous appelle, alors mobilisez vous, avançons, en avant !

    Un message sur le portable de Bayrou

    meetings Royal sera aujourd'hui à Montpellier et vendredi à Lyon. Selon des proches, le meeting de Valence n'a été décidé qu'à minuit dimanche, vraisemblablement parce que Sarkozy se déplaçait à Dijon le même soir.

    Ségolène Royal fait un pas en avant vers les électeurs de François Bayrou. Une journée après sa qualification au second tour de l'élection présidentielle, la candidate socialiste a indiqué hier qu'elle souhaitait « l'ouverture d'un débat public » avec l'UDF. L'objectif ? « Construire des convergences autour d'une volonté de rénovation sans arrière-pensées, sans a priori. » Et surtout adresser un signe aux électeurs centristes, qui véhiculent « des valeurs d'humanisme et de progrès ». Juste avant de commencer son meeting, organisé à la dernière minute à Valence (Drôme), au Parc des expositions, Ségo­lène Royal a glissé à propos de François Bayrou : « Je ne pose pas d'ultimatum, ni de pression (...). Je lui ai juste laissé un message sur son portable avant de vous en parler. »La candidate s'est ensuite engouffrée dans une salle surchauffée, où près de 5 000 personnes l'attendaient debout depuis près de deux heures. Dynamique et enjouée, Ségolène Royal est apparue complètement métamorphosée par rapport à dimanche soir à Melle (Deux-Sèvres), où elle avait adopté une posture très solennelle. Interrompue à plusieurs reprises par des « Ségolène présidente ! », elle a placé la « valeur travail » au centre de son discours en critiquant les « heures supplémentaires » de son rival UMP, Nicolas Sarkozy. « Une société de plein emploi, je sais que c'est possible ! Nous allons gagner la bataille », a-t-elle lancé. La candidate a demandé au public, visiblement conquis, de se mobiliser pour la victoire. « Il ne s'agit pas de sanc­tionner le pouvoir sortant, mais de rassembler une majorité sur le pacte présidentiel. »

    A Valence, Carole Bianchi


    20 Minutes, éditions du 23/04/2007 - 23h08

    dernière mise à jour : 24/04/2007 - 00h54


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :